En sécurité

Aouglit – Mediouna Adrej

On prend la route devancés par le mokadem qui a reçu l’ordre de nous suivre jusqu’au prochain district ou un autre mokadem nous attend (le mokadem étant le représentant de l’état au sein du village). Le commandant de la gendarmerie passe régulièrement en voiture pour savoir si tout va bien. Autant vous dire qu’on est en sécurité. C’est encore un gendarme qui a marché une heure avec nous pour nous montrer un raccourci et un bel endroit pour planter la tente. Nous montons le camp vers 15h sous l’œil ébahi des habitants de Assamer. Nous avons prévu de passer le reste de la journée tranquilles. Nous nous préparons des sandwiches kiri, sardines, oeufs brouillés cuits au feu de bois, olives maisons offertes par l’épicier du village. À peine le repas terminé, il se met à pleuvoir et chacun se réfugie dans sa tente jusqu’au lendemain matin. Lost serait bien restée jouer dehors mais je la prend avec moi. Il a neigé juste au dessus du village pendant une bonne partie de la nuit mais nous n’avons pas eu froid. Nous étions juste affamés.

Couscous improvisé

Ribate El Kheir – Aouglit

Nous partons de Ribate el Kheir où nous avions dû nous arrêter lundi avec mon frère Yanis, en direction de Boulemane. Nous essayons de couper à travers champs pour éviter la route. Beaucoup de montées et de descentes et des paysages toujours plus beaux. Nous nous sommes équipés pour la pluie qui tombe légèrement de temps en temps. Vers 14h, une voiture s’arrête et une dame sort pour nous proposer de venir déjeuner sous un olivier dans son jardin un peu plus loin. Elle a préparé un couscous que nous dégustons avec plaisir. Nous sommes impressionnés par tant de gentillesse. Même Lost a droit à une part. Le soir nous sommes accueillis chez le Mokadem d’un magnifique village, Aouglit. Nous avons marché 24 kilomètres et je viens de franchir les 500km depuis Tanger.

Le parc du Tazekka

Parc Bouhayati – Admame

Nous sommes réveillés par la pluie qui tombe sur nos tentes. Heureusement elle ne dure pas et nous devons attendre que les toiles sèchent avant de repartir. Sur la route, il n’y a pas la moindre épicerie et nous avions heureusement gardé le reste de tagine de la veille que nous faisons réchauffer dans la casserole qu’Adil a laissée. Nous décidons de passer par la forêt de pins et de chênes, nous sommes seuls et les paysages sont très sauvages. « Lost », notre petite chienne, nous suit malgré ses petites pattes et quand elle est fatiguée on la porte chacun notre tour. Nous arrivons à l’auberge Admame à Tazekka où Radwan el kharbaoui nous attend. Il nous amène voir le coucher de soleil et nous apprend beaucoup de choses sur le parc. C’est un guide incroyable et c’est devenu un ami que nous reviendrons voir.

Un grand jour

Taza – Parc Bouhayati

mardi 2 avril est un grand jour pour deux raisons. La première est que je retrouve ma soeur Nayla et mes amis Moha et Nejma. Nous allons marcher 6 jours ensemble avec maman. Nous avons décidé de revenir au Parc National de Tazekka parce qu’à cause de la pluie je n’avais pas pu le traverser à pied. La deuxième est que j’ai enfin trouvé mon compagnon de route: une petite chienne abandonnée qu’on a appelée Lost et qui avait été abandonnée à une station de bus il y a 4 jours nous a dit un monsieur. J’ai toujours espéré trouver un animal pour m’accompagner (j’avais pensé à mon chat, mon chien, un perroquet, un pigeon, une tortue, une chèvre, un écureuil) et voilà, ce sera Lost! Nous avons rejoint Ras el Ma en taxi et nous avons marché tout l’après midi jusqu’au Douar Bouhayati où nous avons mis le campement. Une journée magnifique!

40km à pied ça use les souliers

Admame – Ribate el Kheir

Nous avons 40km à faire pour rejoindre Ribate et il pleut. Radwan el Kharbaoui nous a accompagné au début pour nous montrer les 3 sources d’eau gazeuse, d’eau salée et d’eau pure. Radwan est un guide particulièrement attentionné et serviable. Il est passionné par ce qu’il fait et adore le Parc National de Tazekka où il habite. Il fait de la randonnée et de la spéléologie et voudrait que ce parc soit plus connu des marocains et des étrangers. C’est effectivement magnifique. Nous parvenons à faire les 40km qui permettent d’arriver à Ribate entre les gouttes. La soirée est un peu compliquée parce qu’on ne trouve pas d’endroit où planter la tente. finalement quelqu’un nous conduit jusqu’à Sefrou où il y a un hôtel. Nous n’avons pas le choix, il est 20h30, il fait nuit et on est épuisés.

Témoignage d’Adil

J’ai vécu un séjour extraordinaire. Etre dans la nature, ne plus penser à rien et juste mettre un pied devant l’autre. On oublie tout, on est totalement libre. La région qu’on a traversée est magnifique et Ilyan m’a impressionné par sa volonté. Ce qu’il fait, très peu d’adultes pourraient le faire. Il m’a donné une bonne leçon sur la force mentale qu’on peut avoir quand on veut quelque chose. Toutes les personnes qu’on a croisé ont été impressionnées par ce petit bonhomme. Pas seulement par son challenge de traverser le maroc mais aussi par ce qu’il est: il a une relation sincère et immédiate avec tout le monde. Il peut s’énerver quand il doit traverser un oued parce qu’il n’aime pas l’eau mais sinon il est toujours calme et souriant. Il adore les arbres, les fleurs, les insectes, tout ce qui touche à la nature et je suis certain qu’il s’enrichit énormément pendant ce voyage. Je remercie vraiment Ilyan pour ce qu’il m’a appris.

Les fleurs

 Il pleut! Yanis a remplacé Adil. A peine avons nous commencé à marcher que la pluie s’est mise à tomber. Nous n’avons pas d’autre choix que d’aller nous réfugier chez Radwan qui a une auberge au milieu du parc de Tazekka et qui nous a chaleureusement accueillis. Malheureusement il fait vraiment trop mauvais pour reprendre la route aujourd’hui et nous restons au chaud pour la soirée.
Depuis Tanger, tout au long du chemin, j’aime observer les fleurs et les insectes. Voici quelques spécimens de jolies fleurs.

C’est le printemps

Taounate – Ouled Boussaadane – Oulad Aziz – Oued Amlil

Ces 3 derniers jours j’étais seul avec Adil et on avait un bon rythme parce qu’il y avait moins de montées et de descentes. En revanche, on a eu de la pluie et du vent mais heureusement on a dormi chez l’habitant. Les paysages étaient très fleuris et les personnes qu’on croise nous indiquent à chaque fois le chemin. Vendredi, un monsieur nous a invité à partager le couscous avec sa famille. On passe régulièrement dans les épiceries pour grignoter un peu; en général c’est un sandwich au thon ou des oeufs et parfois il y a un jus d’avocats. Vendredi on a marché 10 heures pour arriver à Oued Amlil et je pense qu’on a fait 40 kilomètres! Ma soeur Nayla et mes amis me manquent mais je viens de les avoir au téléphone alors tout va bien. J’attends mon frère Yanis avec impatience.

Témoignage de Renaud, mon beauf

Lundi, j’ai rejoint Ilyan avec Adil. Nous sommes partis de Chefchaouen avec comme objectif d’atteindre Taounate. J’ai passé une merveilleuse semaine dans d’incroyables paysages montagneux. Nous avons longé des rivières, traversé des plaines remplies d’arbres fruitiers et coupé à travers champs.
Nous souhaitions camper un maximum pour former Ilyan au bivouac. Il est encore possible de faire du camping sauvage au Maroc dans de supers conditions. Nous plantions nos tentes près des forêts ou au bord de l’eau puis nous lancions un petit feu, un sandwich, un thé à la menthe (sauvage, cueillies au bord des rivières) et au lit !

Nous avons rencontré plein de monde, tous plus accueillants les uns que les autres et aussi ravis qu’étonnés de notre passage. Le pays est encore préservé autant au niveau de ses habitants que de sa nature. Et chouette opportunité pour moi car j’ai pu découvrir les techniques d’agriculture traditionnelles.

Ilyan m’impressionne. Du haut de ses 13 ans il a le courage incroyable de se lancer dans un projet pareil. Marcher c’est à la fois très joyeux et très dur. Mais même quand il avait du mal il s’accrochait et il avançait alors que le rythme accélérait souvent, à cause de mes grandes jambes. Je le soupçonne d’avoir essayé souvent de faire la course. Il a un mental d’athlète de haut niveau et la tête bien dure.
Merci p’tit gamin d’avoir eu cette idée folle et à très vite pour marcher ensemble dans le haut atlas.

Bon anniversaire Adil

Douar Lakelaiye – Sidi El Mekhfi – Taounate

Après une nuit au dessus de Rhafsai on a fait deux grandes journées de marche pour rejoindre Taounate. On est passé par les montagnes, beaucoup de montées et de descentes. Il y avait déjà plein de fleurs dans les champs. On a dormi au centre d’un petit village, Sidi el Mekhfi, encerclé de montagnes. C’était très beau, on a planté notre tente au milieu des arbres fruitiers. Comme c’était l’anniversaire d’Adil, on a improvisé un petit gâteau avec du thé avant d’aller se coucher. Lundi on a beaucoup marché parce qu’on voulait arriver le plus tôt possible à Taounate où Renaud, mon beau-frère, devait trouver un taxi qui le ramène à Fès. Finalement, il est parti en stop avant. En continuant avec Adil, on est passé par un petit village et on a croisé une dame qui parlait français et qui était la première à comprendre ma démarche. On a longé le lac du barrage Sahla et on est arrivé en fin de journée bien fatigués. Après ces deux jours sportifs mais avec des paysages magnifiques, je vais me reposer une journée avant de repartir.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer